Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Si le vent vient m’emporter

 
Si le vent vient m’emporter
Moi la Muse disjoncté
Je serai pieds et poings liés
Par cet abus de caresse
Cet abus de tristesse
Cet abus de tendresse
Que tu m’as prodigués
Et tes lèvres si douces
Si gourmandes et si affamées
De moi-même de mes baisers
Cette douceur d’allégresse
Ne sera que douleur sans toi
jeudi 1er janvier 2004.

Si le vent vient m’emporter
Je serais désarmé
Refusant toutes batailles
Qui déchire mon âme
Je serai que spasme de toi
Vibrante et fuyante
Tu m’attraperas
Par tes assauts de douceur
Tu m’envahiras et moi
Sans combat dans la joie
Je serais à toi

Si le vent vient m’emporter
Laisse moi en toi me noyer
Devenir ton ombre et ta flamme
Devenir le sel de tes péchés
Et t’inonder de ma grâce
En toi je serai ta poupée
Celle qui saura t’amuser
Qui saura tant te plaire
Que tu ne sauras que faire
Sinon te laisser aller

Et le vent m’a emporté
Et dans ton cœur m’a déposé !

© morjane