Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

L’Algarve

 
l’Algarve se situe à l’extrême sud du Portugal. Outre son éternel ensoleillement, cette région possède des trésors insoupçonnés.
mercredi 17 août 2005.
 
L’Algarve est situé à l’extrême sud du Portugal. - 4.6 ko
L’Algarve est situé à l’extrême sud du Portugal.

Ses habitués la célèbrent pour son climat perpétuellement radieux. Mais l’Algarve a plus à offrir que ses 3 000 heures de grand bleu par an. Et même si, dans les années 60, certains sites ont été sacrifiés sur l’autel du tourisme de masse, cette région située à l’extrême sud du Portugal possède bien des trésors. Le plus fameux étant ses innombrables pelouses verdoyantes. Paradis des golfeurs, l’Algarve abrite en effet une trentaine de parcours parmi les plus réputés d’Europe.

Pour découvrir les autres richesses de la région, il est désormais possible de profiter des vols hebdomadaires directs assurés entre Paris et Faro par la compagnie portugaise Air Luxor jusqu’à la fin octobre. Voilà l’occasion de profiter des interminables plages et des criques harmonieuses baignées par l’Atlantique, de cheminer à l’ombre de ruelles bordées de maisons blanchies à la chaux, de savourer une cuisine sincère et de renouer avec le plaisir de la rencontre. Séjour curieux de découvertes ou soucieux de forme, privilégiant la plage ou bien la belle nature de la région, nous avons sélectionné quatre adresses pour abriter ces séjours sur mesure.

Pour commencer, place donc à la découverte. A une quinzaine de kilomètres de Faro, la capitale de l’Algarve, se cache l’hôtel 5-étoiles Vila Monte (1), construit voilà une quinzaine d’années par le peintre Adolfo pour y recevoir ses amis. L’endroit vient de faire peau neuve. Installé dans les terres près du village de Moncarapacho, sur 9 hectares de terrain plantés d’arbres centenaires, il jouit d’un calme absolu, de trois piscines, d’un petit golf et offre un raffinement délicieux. La décoration des 46 chambres, réparties en quatre villas, est inspirée par l’héritage mauresque de la région, lampes en fer forgé, ryad et patios. Mais elle intègre aussi des éléments contemporains et designs. L’établissement, qui se dotera d’un spa d’ici à la fin de l’année, pourrait être prochainement classé Relais et Châteaux.

Il constitue une bonne base de départ pour découvrir le centre historique de Faro, ceint de remparts sur lesquels nichent les cigognes. A l’intérieur, se blottissent de belles demeures patriciennes autour d’une cathédrale du XIIIe siècle, mariant azulejos et orgues baroques. Ne pas manquer le parc naturel de la ria Formosa, tout proche, composé de marais salants, de marécages et d’îles. Celle de Culatra, avec sa plage aux palourdes et son atmosphère indescriptible, est l’occasion d’aller se mêler aux 450 familles de pêcheurs qui y vivent, à l’ombre des lauriers roses, dans des maisons aux façades titubantes et joliment kitschs.

Ceux qui souhaitent profiter du séjour pour cultiver leur forme pousseront la porte du Sofitel Vilalara (2). Ce 5-étoiles surplombe l’océan à une vingtaine de kilomètres d’Albufeira. Véritable oasis de bien-être édifié à Armaçao de Pera sur une propriété de 11 hectares, dont 8 de jardin tropical, l’établissement dispose d’un vaste centre de thalasso de 2 600 m2 qui propose des soins à la carte en plus des cures de remise en forme, antistress, antitabac, minceur... Après une séance de yoga, de Pilates ou de tai-chi, on flâne sur les chemins fleuris ou les deux parcours botaniques pour rejoindre les six courts de tennis, l’une des cinq piscines ou bien la plage en contrebas, quasiment privée. Les 131 chambres, disséminées au milieu de la végétation, offrent une architecture aux formes arrondies qui n’est pas sans rappeler le style de Gaudi. Situé à proximité de Vilamoura (35 km) et de Quinta do Lago (45 km), le Sofitel Vilalara constitue également un parfait point de départ pour les amateurs de golf (lire ci-dessous). Les hôtes en quête d’animation se rendent à Albufeira, un ancien village de pêcheurs devenu le Saint-Tropez de l’Algarve avec ses vastes plages et ses innombrables night-clubs.

Pour un séjour en famille ou pour savourer les plaisirs de la plage, opter pour le Tivoli Arade (3), un récent hôtel 4-étoiles situé au coeur de la marina de Portimao, dans l’estuaire de la rivière Arade qui lui donne son nom. L’architecture de ce complexe de 183 suites avec coin cuisine et terrasse, doté en outre de deux piscines et d’une aire de jeux pour les enfants, a su parfaitement se fondre dans le paysage en empruntant au style mauresque et à la palette de ses ocres. D’un côté, l’appel du large, avec les bateaux à quai, de l’autre, celui du farniente avec le restaurant, quasiment pieds dans l’eau et l’accès direct à une plage de sable... Il serait dommage pour autant de ne pas explorer les environs.

A 10 km, l’indolente Lagos, d’où partirent jadis les caravelles d’Henri le Navigateur, lors des premières expéditions portugaises vers l’Afrique, recèle encore des curiosités : l’ancien marché aux esclaves, sous les arcades de la maison de la Douane, l’église Santo Antonio, petite merveille du style baroque aujourd’hui musée régional, avec ses décors ruisselant d’or, ses azulejos, ses ribambelles d’anges, sans oublier la vieille ville aux étroites ruelles pavées et aux maisons blanchies à la chaux. Dans l’arrière-pays, il faut aussi pousser, à une quinzaine de kilomètres, jusqu’à Silves, une ancienne ville fortifiée, avec sa forteresse rouge, sa cathédrale du XIIIe siècle, son musée dédié à l’industrie du liège et ses vergers plantés d’agrumes à perte de vue.

Enfin, vive la nature du côté de Sagres, qui évoque l’âge d’or des grandes expéditions. La perspective tombe à pic dans les flots. La pointe la plus occidentale de l’Europe, battue par les vents, offre une silhouette aride et décharnée où poussent d’opiniâtres buissons, grappes de réglisses sauvages, de genièvres, de scilles et de lavandes, autour de la forteresse de l’Infant. A l’intérieur, une rose des vents de 43 mètres de diamètre recouvre le sol de la cour. Un peu plus loin, en équilibre sur les falaises dentelées, un phare rougeoyant défie l’océan.

Perchée non loin en haut de rochers dorés, la Pousada do Infante (4) abrite 50 chambres et une suite dont les fenêtres plongent dans le bleu agité de l’Atlantique. Une piscine au calme, un court de tennis, une terrasse panoramique, un restaurant réputé pour ses spécialités régionales à base de poissons et de fruits de mer et une baie où viennent de temps en temps se réfugier quelques bateaux complètent le décor. De ce « promontoire sacré », comme les Anciens appelaient Sagres, aujourd’hui paradis des plongeurs et des naturalistes, face au soleil levant, on s’imagine volontiers au bout du monde, juste au bord...

Par Caroline Sallé, lefigaro.fr