Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Des parchemins bibliques découverts dans le désert de Judée

 
Deux parchemins en peau de biche decouverts le 24 Aout 2004, datant de la dernière révolte juive contre les romains ont été identifiés, datés et présentés vendredi à Jérusalem.
vendredi 15 juillet 2005.
 
Fragments de parchemins datant de la dernière révolte juive contre les Romains en Judée. - 3.8 ko
Fragments de parchemins datant de la dernière révolte juive contre les Romains en Judée.

Deux parchemins datant de la dernière révolte juive contre les Romains en Judée, environ 135 après JC, et sur lesquels figurent des extraits de la Bible, découverts l’an dernier près de la mer Morte, ont été identifiés, datés et présentés vendredi à Jérusalem. La découverte est la première réalisée depuis 40 ans dans cette région de Cisjordanie, aux confins d’Israël, alors que les archéologues étaient convaincus que les grottes de ce désert avaient rendu tous leurs secrets enfouis depuis l’époque romaine.

"C’est tout simplement sensationnel. Un vieux rêve qui se réalise", s’enthousiasme Hanan Eshel, qui dirige le département d’archéologie de l’université Bar Ilan de Tel Aviv.

A l’origine de la découverte, ce professeur écume depuis plus de 20 ans le désert de Judée, en bordure de la Mer Morte, soulevant pierre par pierre à la recherche de parchemins bibliques, sa spécialité.

Sur les deux parchemins en peau de biche, de cinq centimètres sur sept, figurent des extraits du Lévitique (23,38), (23,41) du Pentateuque en hébreu.

Endommagés par des excréments de chauve-souris, ils ont été trouvés par des bédouins, à même le sol poussiéreux d’une grotte, le 23 août 2004, à Nahal Arougot, un lieu dit proche des sources d’Ein Guédi.

"Grâce cette découverte, nous en savons un peu plus sur la période troublée que fut la révolte juive contre les Romains", ajoute le chercheur dans un entretien avec l’AFP.

Cette révolte sanglante menée contre l’envahisseur romain par Bar Kochba en 130 après Jésus-Christ avait vu la destruction de 900 villages et localités juives, tandis que Rome perdait quelque 10.000 hommes et que Jérusalem devenait Aria Capitolina.

"Nous savons aujourd’hui que ces parchemins faisaient partie d’un rouleau de la Torah, que les juifs l’ont lu au printemps 135, pendant la pâque juive, puis qu’ils se sont préparés à se cacher dans les grottes pour échapper aux légions romaines", affirme le professeur Eshel.

Les historiens avaient la certitude que les juifs avaient réussi à cacher 14 rouleaux de la Torah dans des grottes, dont les derniers fragments ont été retrouvés dans la région en 1965.

"Avec ces derniers parchemins, il s’avère qu’il y a un quinzième rouleau et nous ne sommes pas encore au bout de nos découvertes", estime Hanan Eshel.

Des parchemins remontant à la même époque, avaient été trouvés entre 1952 et 1965 dans le même secteur, près de la mer Morte, lors de fouilles menées en territoire israélien.

Les derniers parchemins ont été trouvés par des bédouins à la recherche de pièces et de poteries anciennes destinées à la vente dans des grottes en cours de fouilles.

Mais les bédouins vont involontairement malmener la fragile découverte. Ils collent deux morceaux de parchemins entre eux et plient le tout dans du papier d’aluminium.

C’est dans cet état que le professeur Eshel les trouvera, en fera acquisition pour la somme de 3.000 USD après avoir marchandé avec les bédouins qui en voulaient au départ 20.000.

"Malgré ce traitement, nous parvenons à identifier les lettres hébraïques", confie l’universitaire en expliquant que le passage du Lévitique porte sur l’épisode de la fuite des Hébreux hors d’Egypte et plus particulièrement la construction des cabanes dans le désert où ils s’abritèrent.

"Tout indique que ces parchemins sont authentiques", a déclaré à l’AFP la porte-parole du Département des antiquités, Osnat Gouez qui a souligné leur importance. C’est la première fois depuis près d’un demi siècle que des documents de ce type sont découverts.

Dans la même région, mais à une cinquantaine de kilomètres plus au nord, des bédouins avaient découverts en 1947 dans des jarres les manuscrits de la mer Morte, remontant à environ deux siècles plus tôt, à l’époque des Esséniens et de Jésus.

Source : AFP