Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Tokyo de Mo Hayder

 
Pris en tenaille entre passé et présent, le Tokyo de Mo Hayder a de quoi donner le vertige.
samedi 9 juillet 2005.
 
Tokyo  de Mo Hayder - 5.1 ko
Tokyo de Mo Hayder

Un Occidental découvrant l’étrangeté radicale d’un Japon contemporain, glacé et éclairé de néons : on a déjà vu ça dans « Lost in Translation ». Et « Tokyo », le roman le plus récent de l’Anglaise Mo Hayder, est bien, à sa façon, une version noire, du film de Sofia Coppola. Une jeune Anglaise surnommée Grey arrive à Tokyo pour y rencontrer Shi Chongming, un universitaire chinois qui posséderait un film sur les massacres perpétrés par les Japonais à Nankin, en 1937.

Le roman de Mo Hayder se déroule dans un Tokyo nocturne où il ne fait jamais nuit et où une effigie géante de Mickey Rourke fait face aux jambes d’une Marilyn assise au sommet d’un gratte-ciel. De jeunes Russes reconverties en hôtesses d’un club de rencontres, le Some Like it Hot, tenu par une vieille Japonaise devenue un clone de l’actrice américaine, dînent avec des yakusas (la mafia) ; un routard australien collectionne des photos de tortures ; et, au coeur de cette mégalopole ultramoderne, une vieille maison, qui a échappé au temps et semble peuplée de fantômes, abrite ces errants échoués dans la ville.

Mo Hayder - qui, avant d’écrire « Birdman », chef-d’oeuvre de suspense morbide, a longtemps vécu à Tokyo, où elle a effectué moult métiers - donne aujourd’hui son meilleur livre. « Tokyo », même si, aux dernières pages, l’angoisse y est insoutenable, est un roman sur le Japon d’aujourd’hui, pris entre sa frénésie moderniste, sur le modèle américain, et les fantômes du passé, un Japon qui a du mal à vivre avec le souvenir des horreurs commises il y a plus d’un demi-siècle. Réflexion sur l’Histoire, sur la mémoire, portrait d’une jeune femme qui apprend à apprivoiser sa souffrance, « Tokyo », roman de l’horreur transformée en pure poésie, confirme, au-delà des étiquettes, l’existence d’un écrivain.

Par Christophe Mercier , lepoint.fr