Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Björk ouvre le Live 8 au Japon

 
Privilégié par les fuseaux horaires, le Japon a ouvert, samedi 2 juillet, la série de concerts Live 8 destinés à sensibiliser le monde au problème de la pauvreté en Afrique à la veille du sommet des pays les plus industrialisés de la planète (G8) en Ecosse.
samedi 2 juillet 2005.
 
Björk  ouvre le Live 8 au Japon. - 5.1 ko
Björk ouvre le Live 8 au Japon.

Les concerts, qui réuniront une centaine d’artistes dans neuf pays, devraient pouvoir être suivis par cinq milliards de spectateurs en direct, à la télévision, sur la Toile ou sur des téléphones portables... A Tokyo, se produiront l’Islandaise Björk, les rockers américains Good Charlotte, les Britanniques de McFly et des groupes de "J pop". Pour le Japon, seul pays asiatique membre du G8 et foyer de culture populaire jeune, au point de vouloir faire de celle-ci un instrument diplomatique pour se forger une image positive et pacifique, une "extravagance globale" comme Live 8 est l’occasion de conforter cette stratégie et cette image.

Pour la J pop, représentée par des groupes comme Dreams Come True, Rize, Do As Infinity et Def Tech, c’est surtout une chance de se projeter à l’extérieur. La J pop est appréciée en Asie, mais elle est peu connue en Occident. Les problèmes de langue et d’approche expliquent pourquoi les rockers nippons se produisent assez rarement en tournée à l’étranger. Il existe en revanche quelques stars "panasiatiques".

La J pop est un reflet de la jeunesse japonaise. Au premier abord, elle paraît peu engagée, frivole, saisie par un hédonisme de l’instant et loin des grandes questions qui agitent l’Occident sur le sort du monde. Mais cette impression est réductrice : si peu de formations rock expriment directement leur rébellion, certaines n’en stigmatisent pas moins le malaise de la société actuelle ou les malheurs de la planète. Tel est le cas d’ensembles d’Okinawa comme Mongol 800, dont l’album Message s’est vendu, en 2004, à 2,2 millions d’exemplaires.

Le succès de ces groupes témoigne de l’intérêt des jeunes Japonais pour de nouveaux genres musicaux et pour des artistes qui sont en rupture, à leur manière, avec la société.

Dans le domaine de la pop, le Japon affiche une belle santé. Comme ailleurs, l’industrie du disque souffre ici de la multiplication des échanges de fichiers musicaux sur Internet, mais les nouveaux talents pullulent et se diffusent essentiellement en dehors des circuits traditionnels.

L’engagement soft de la J pop reflète les nouvelles préoccupations des jeunes Nippons, qui ne sont pas tous des garçons et des filles cherchant à faire et à défaire la mode de la rue. Beaucoup s’engagent personnellement dans des activités bénévoles et humanitaires, chez eux et à l’étranger. Avec Live 8, la voix de la J pop se joint au concert médiatique des bonnes volontés.

Par Philippe Pons, lemonde.fr