Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Etranger à moi même

 
Etranger à moi même
Comme un prisonnier à ses chaines
Est ce le joug de la boue
Où l’ombre qui
m’enfonce tout à coup ?
Est ce le sang qui se glace
ou le temps qui me dépasse
C’est le vent qui me surprend
d’un seul coup
il m’entend
marmonner à mi-voix
ces étranges petits pas
que je fais derrière moi à chaque fois
mardi 17 mai 2005.

Etranger à cette terre
Qui m’étouffe de mille manières
de manière singuliaire
Il m’inonde de lumière
Et à chaque pas de travers
je redresse la barrière

Etranger à moi-même
Quand l’océan se demène
et m’envoie solitaire
Sur la terre étrangère

Etranger à moi même
Et pourtant si familier
A cette étrange étranger
que je connais comme une ombre
Qui vient me conter ses méfaits
Et puis passe la lumière
qui s’enfuit en arrière
me surprend
familière
Et m’emporte la première
Laissant l’etrange étranger
ausculter mes pensées
Envolées

© morjane