Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Les Mille et Une Nuits entrent dans la Pléïade

 
La Bibliothèque de la Pléiade (éditions Gallimard) publie une nouvelle traduction intégrale des Mille et Une Nuits (qui comptera 3 volumes). Elle est proposée par Jamel Eddine Bencheikh, poète et professeur à la Sorbonne, et d’André Miquel, écrivain et poète, qui a occupé la chaire de langue et littérature arabe classique au Collège de France.
vendredi 27 mai 2005.
 
Tapis volant , Illustration de Ch.Robinson (1915) - 5.3 ko
Tapis volant , Illustration de Ch.Robinson (1915)

Révélé au XVIIIe siècle à l’Europe par un érudit, Antoine Galland, le texte suscita un goût pour l’orientalisme dans toute l’Europe et fut traduit en plusieurs langues. Trois cent et un ans après la traduction d’Antoine Galland d’un manuscrit d’origine syrienne, Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel lui dédient leur travail. Mais, sur les mêmes pas que ceux du Dr Joseph-Charles Mardrus, ils ont travaillé sur un manuscrit d’origine égyptienne, auquel ils entendent apporter une plus grande fidélité au texte que leur prédécesseur.

Avant toute chose, il convient de rappeler qu’il n’existe pas une version d’origine des Nuits, unique et incontestée, mais bien plusieurs versions des contes des Mille et Une Nuits, et que cette variété tient à leur premier mode de transmission, par voie orale. Il n’existe pas non plus un manuscrit mais des manuscrits, pour la plupart perdus. Il n’existe pas, enfin, une traduction mais diverses traductions. Adapté pour le goût de l’époque, expurgé de ce qui pouvait choquer les puritains, le texte d’Antoine Galland -un érudit grand connaisseur de l’arabe, du turc et du persan- est très édulcoré. Parmi les plus connues, celle de Mardrus, au XIXe s., est plus chatoyante, et fait la part belle tant à l’érotisme qu’à l’exotisme. Celle de Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel reste sulfureuse là où le texte l’est, mais avec le souci de ne pas faire de l’érotisme un argument commercial, soulignant bien toutefois dans la préface de l’édition que « les Mille et Une nuits ne sont pas le Kamasutra ».*

Les historiens s’accordent pour reconnaître que ces Nuits seraient nées en Inde et auraient été enrichies par des lettrés iraniens. Ayant atteints la Perse, ces contes auraient fait l’objet d’un premier recueil, le Hèzâr afsânè. Puis, propagés dans le monde arabe, entre autre grâce aux marchands, ils auraient été adaptés dans chaque contrée selon leur culture, leur religion et leur langue tout en gardant un fond commun d’éléments originaux, et ils auraient été augmentés d’histoires différentes selon les copistes, les scripteurs et les conteurs. Décriées, en raison de leurs origines diverses, et des fantasmagories qui les hantaient, considérées comme contraires à la religion, ces Mille et Une Nuits ont été considérées comme un ouvrage de seconde zone, et ont disparu un temps de la mémoire des lettres arabes tout en continuant à circuler en Egypte

Bref, pour s’y repérer dans la multitude de manuscrits anonymes existants -quelque 70 sont répertoriées dans les bibliothèques européennes-, on distingue ceux de Bagdad (écrits pendant le califat des Abbassides IXe -Xe s.), et ceux du Caire (Fatimides XIe-XIIe s.). Les auteurs de la nouvelle traduction ont choisi de travailler sur le manuscrit de Bûlâq (Caire), considérant qu’avec deux siècles d’existence cette version était née « en un pays dont on a dit le rôle dans la prévention du trésor, et enfin qu’elle a inspiré les traductions les plus marquantes ».

« Un mot à mot pesant conduisait à un galimatias insipide »

Le choix éditorial établi, les auteurs ont été confrontés à plusieurs difficultés de l’exercice propres à toute traduction. Ces problèmes étaient liés à la composition même de l’édifice puisqu’il s’agit d’un ensemble de contes dits « enchâssés ou à tiroirs », emboîtés les uns dans les autres et, dans la préface, André Miquel mentionne « comme autant d’obstacles » les « redites, retours en arrière, absence de transitions, déséquilibre dans le traitement des épisodes au profit des moins importants, oubli d’enchaînements explicatifs ». Au-delà de la charpente, la compatibilité des structures syntaxiques n’a pas été facile car la forme métrique du vers arabe équivaut à deux alexandrins, et il a fallu « disposer les deux hémistiches arabes sur deux lignes ».

Les auteurs ont distingué par ailleurs six genres de contes aux niveaux de lecture différents (histoires merveilleuses, épopées, récits d’aventures individuelles) et plusieurs registres d’écriture. En effet, des pans entiers sont écrits en arabe classique quand d’autres fleurent le dialecte, avec des interférences de genres : humour et ruse, anecdotes concernant un personnage célèbre, ou fable. « Un mot à mot pesant conduisait à un galimatias insipide », dit encore André Miquel, il n’était pas aisé de rendre compte de la poésie fleurie de la langue arabe sans céder à la mièvrerie. Il a fallu enfin respecter la fonction même du conte, une « fonction édifiante car, dit André Miquel, le récit dicte des codes de bonne conduite ; celui qui fait le bien est toujours récompensé, celui qui fait le mal est toujours puni, la morale est toujours sauve », et rendre compte de toute la richesse de témoignage concernant en ces temps reculés, la vie des petites gens (mendiants, parasites, voleurs nourrissant une verve picaresque) aux côtés des califes, des sultans et des vizirs.

En marge de l’édition sur papier bible qui ajoute à la préciosité du texte, les éditions Gallimard publient, sous la houlette de Margaret Sironval, un Album Mille et Une Nuits, très riche en iconographie. Elle souligne : « Il y avait mille et un itinéraires possibles pour découvrir les images des Mille et Une Nuits qui ont envahi l’imagination des artistes, illustrateurs, graveurs, peintres et musiciens, sans oublier les mises en scène pour le théâtre et l’opéra, le cinéma et même pour la publicité ». Au gré d’illustrations riches, de la reproduction du fragment du plus ancien manuscrit connu à ce jour (Xe s.), aux affiches publicitaires qui mettent en scène Sindbad, Aladin, Ali Baba et le tailleur de Bagdad, pour les marques Tell Cacao, la Bénédictine, et Liebig début XXes., en passant par des pages de manuscrits, et des lithographies anciennes, Margaret Sironval livre une autre dimension des Mille et Une Nuits. Douze siècles après le règne du calife Haroun al-Rachid, la geste des conteurs arabes continue de faire rêver les lecteurs occidentaux.

Par Dominique Raizon, rfi.fr