Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Présentation par George Romero de "Land of the dead"

 
George Romero a présenté cette nuit à Cannes les premières images de "Land of the dead", quatrième volet de sa saga des morts-vivants. Sang pour sang événement !
samedi 14 mai 2005.
 
Asia Argento et  Simon Baker dans
Asia Argento et Simon Baker dans "Land of the dead".

Les zombies de retour sur la Croisette ! Un an après la présentation hors-compétition de L’Armée des morts, les morts-vivants étaient à nouveau les invités d’honneur du Festival de Cannes dans la nuit du 13 au 14 mai, avec la programmation à 1h50 du matin -à la suite du documentaire Midnight movies : from the margin to the mainstream- des premières images événement de Land of the dead. Evénement, car le film, quatrième volet de la saga des morts-vivants de George A. Romero (La Nuit des morts vivants / Zombie / Le Jour des morts-vivants), marque le retour du cinéaste au genre qu’il créa il y a de cela quelques 37 ans !

Accompagné de ses comédiens Dennis Hopper, Asia Argento, Simon Baker et John Leguizamo, George A. Romero a donc présenté les quatorze premières minutes du film aux festivaliers, suivies d’une longue bande-annonce autour des moments forts (et gores) du métrage. L’action nous plonge dans un monde désormais dominé par les morts-vivants. Des zombies qui semblent évoluer vers des créatures plus intelligentes, plus communicantes et surtout plus organisées. Alors qu’un commando de survivants se lance dans une opération de ravitaillement à grand renfort de mitrailleuses, un soulèvement commence à se dessiner parmi les morts face à cette invasion humaine...

Alors que L’Armée des morts avait modernisé le genre en 2004 avec des zombies ultra-rapides et donc a priori plus menaçants, George A. Romero ne cède pas aux sirènes de la surenchère et revient aux sources avec des morts-vivants "à l’ancienne" mais toujours aussi inquiétants. Mais là où le cinéaste frappe encore plus fort, c’est en inversant le rapport de force : le spectateur assiste ainsi, mal à l’aise, à l’attaque humaine et au massacre d’une petite communauté zombiesque vaquant tranquillement à sa petite "vie", vagues résonnances des ses occupations pre-mortem. A l’instar du roman Je suis une légende de Richard Matheson, les humains seraient-ils les nouveaux monstres d’une Terre désormais promise aux morts ? Réponse le 17 août.

Par Yoann Sardet, allocine.com