Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Woody Allen séduit Cannes avec "Match Point"

 
Le film de Woody Allen "Match Point", classé hors compétition, a fait sensation hier soir au festival de Cannes. Un jeu d’acteurs, dont celui de sa nouvelle égérie Scarlett Johansson, et une mise en scène applaudis.
vendredi 13 mai 2005.
 
Woody Allen et Soon-Yi Previn à Cannes. - 5.2 ko
Woody Allen et Soon-Yi Previn à Cannes.

Retour gagnant sur la Croisette pour Woody Allen. Trois ans après sa première apparition (c’était pour "Hollywood Ending", en ouverture), le cinéaste new-yorkais est revenu au Festival de Cannes jeudi 12 mai en présentant hors-compétition son dernier film, "Match Point". Côté compétition, après le film français "Lemming" de mercredi, deux autres candidats à la Palme d’or ont été proposés aux festivaliers, tous les deux liés à l’actualité plus ou moins récente sur l’Irak : "Kilomètre Zéro", du réalisateur kurde irakien Hiner Saleem, et "Harcèlement" (Bashing), du Japonais Masahiro Kobayashi.

Mitraillée par les photographes à la conférence de presse de l’après-midi avant la montée des marches dans la soirée, Scarlett Johansson est devenue la nouvelle coqueluche de Cannes, où elle n’était jamais venue. La très jeune (20 ans) et très blonde et très jolie actrice américaine, remarquée dans "Lost in Translation", est l’attraction principale de "Match Point" et en passe de devenir la nouvelle muse de Woody Allen puisqu’elle jouera à nouveau dans son prochain film.

Message récurrent

Mais à ces nouveautés près, avec "Match point" ("balle de match"), son 36e film, Woody Allen dit au fond toujours la même chose : comment les hommes s’entêtent à faire les mauvais choix, par lâcheté ou par paresse, en faisant passer leurs élans du coeur après leur confort matériel ou l’opinion de leur environnement social ou familial. C’est à un jeune, séduisant et doué professeur de tennis, Jonathan Rhys Meyers, que Woody Allen inflige ces affres et ces dilemmes.

Irlandais d’origine modeste, baigné des valeurs morales inculquées par un père très religieux, le jeune homme est happé presque malgré lui dans la très bonne société anglaise, par le biais d’un mariage un peu trop rapide (la mariée est incarnée par Emily Mortimer) qui fait de lui le gendre d’un puissant homme d’affaires et lui fait découvrir toutes les bonnes choses qu’offre l’argent.

La muse de Woody

Oui, mais il y a d’un autre côté cette jeune Américaine (Scarlett Johansson) drôle, sexy et looser, qui désespère de devenir actrice à force d’auditions ratées et qui recourt un peu trop vite au gin pour oublier son manque de confiance en elle.

Elle est l’archétype du personnage féminin, fragile et courageux, qui n’arrête pas d’émouvoir Woody Allen depuis "Manhattan" et Diane Keaton.

Confusion des sentiments, attirance physique contre convention morale, infidélité : de quoi nourrir une de ces comédies douces-amères qui font la marque de fabrique "allenienne". Mais cette fois-ci, dans ce film inhabituellement long pour lui (2 heures) et par ailleurs ponctué de plus de scènes de sexe qu’à l’ordinaire, Woody Allen a écarté le jazz de Gershwin, préférant les airs d’opéra les plus tragiques. Les choses vont aller de plus en plus mal à mesure que le jeune marié infidèle s’enfonce dans le mensonge.

De punition, pourtant, il n’y aura pas, presque au regret de l’intéressé qui y voit une triste confirmation de sa théorie de la vie, selon laquelle la chance, et elle seule, fait et défait les destins au mépris de tout sens moral.

Auto-analyse

Le constat est évidemment celui de Woody Allen lui-même : "Je ne me suis jamais considéré comme un cynique. J’ai toujours pensé que cynisme est simplement une autre façon d’écrire le mot réalité.

Toute personne dotée de raison peut constater la quantité gigantesque d’injustices et de crimes perpétrés à tous les niveaux de la vie, des crimes émotionnels, des crimes physiques, des crimes internationaux, et ces crimes ne sont absolument pas punis, quand ils ne sont pas très généreusement récompensés", a déclaré le réalisateur, impassible derrière ses éternelles lunettes à grosses montures et verre épais.

Source : nouvelobs.com