Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Le bonheur à la page

 
L’édition rayonne de bien-être ! Pas une semaine sans un nouveau pavé au titre prometteur : “Se réaliser en 10 leçons”, “la santé en chantant”... et plein d’autres promesses de félicité. Puisque notre société en a assez de souffrir, faisons-la rêver. Non au laisser-aller, oui à la prise en charge. À quand la prise de conscience ?
jeudi 28 avril 2005.

Un jour de 2003, alors qu’il se promène dans les allées de la Fnac,

 
Votre vie sera parfaite de Roger-Pol Droit - 4.4 ko
Votre vie sera parfaite de Roger-Pol Droit

le philosophe Roger-Pol Droit découvre que le département philosophies et savoirs a été déménagé au fond du magasin. Et qu’il a été remplacé par le rayon développement personnel. D’abord surpris, la curiosité le pousse à s’intéresser au contenu de ce rayon. Ce qui l’amène aujourd’hui à critiquer cette nouvelle “ religion ” dans une farce contemporaine intitulée “ Votre vie sera parfaite ” (éd. Odile Jacob).

Quèsaco, le développement personnel ? Une drôle de nébuleuse qui ne cesse, en France, de croître depuis quinze ans. Un univers aux contours mouvants où toutes sortes d’auteurs viennent chanter la louange du mieux-être, enseigner des méthodes pour respirer, dormir, manger, travailler, gérer son stress ou faire l’amour, déballer quantité de messages à la gloire de l’épanouissement, de l’accomplissement et de la réalisation de soi. Vaste programme donc, présentant l’avantage de concerner chacun d’entre nous... et d’assurer ainsi des bénéfices sans fin à ses promoteurs.

En 2003, le secteur santé, bien-être, vie de famille de l’édition a enregistré un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros pour 6,5 millions d’ouvrages vendus ! Au total, plus de 1 000 titres ont été publiés (450 nouveautés et 582 réimpressions) sur des sujets mieux-être à caractère pratique. Tous les éditeurs ou presque sont désormais présents sur ce marché. Dernières arrivées, les éditions Eyrolles, jusqu’ici spécialisées dans la publication d’ouvrages sur l’entreprise ou l’informatique, et qui en 2004 ont lancé une collection de livres à 10 euros réunissant des titres aussi variés que “ Ce que disent vos rêves ”, “ Couple : où en êtes-vous ? ”, “ Chromothérapie et luminothérapie ”, “ la PNL ”, “ le Sommeil de votre enfant ” ou “ le Potager bio ”.

“ Dans un monde aussi trépidant que le nôtre, on perd tous un peu la boule, on est tous désarçonnés, explique (à juste titre !) Serge Eyrolles. Nous publions entre deux et trois nouveautés par mois pour répondre au besoin actuel de mieux vivre. ” Même discours chez Marabout, leader incontesté de l’édition santé bien-être : “ Aujourd’hui, les gens veulent vivre le mieux possible, indique Anne Schapiro-Niel, directrice de la communication. L’apparition des RTT a modifié notre rapport au temps et au travail. On ne veut plus subir les aléas de la vie : aux problèmes que l’on rencontre, on veut désormais des solutions. C’est ce que proposent précisément tous nos livres, dont les titres reflètent les grandes préoccupations de notre société. ”

Ainsi “ Bien nourrir sa peau ”, “ le Tarot de la forme ”, “ Détox anti-âge ”, “ Vivre avec un parent dépendant ”, “ Cent Recettes pour booster l’intelligence de votre enfant ”, dernières nouveautés Marabout, illustreraient-ils un peu de nos centres d’intérêt d’aujourd’hui. Idem pour les dernières publications des éditions Dangles, aux titres tout aussi loquaces : “ Coachez votre stress ”, “ Réapprenez à vous alimenter ”, “ Fabuleuse Amazonie, ses plantes et huiles essentielles ”, “ Trente Outils pour (se) dire, (se) raconter et l’écrire ”. Ou celles des éditions Jouvence : “ la Bio malmenée ”, “ l’Art de jeûner ”, “ Au diable la culpabilité ”, “ Éduquer sans punitions ni récompenses ”... À ce compte-là, on comprend vite quelles sont les valeurs normatives du bonheur contemporain : être beau, mince, bien portant, bon parent, bon amant, bon partout, constituent désormais nos objectifs prioritaires... quand ils ne sont pas impérieux !

“ Dans le domaine du développement personnel, les éditeurs proposent aujourd’hui des titres de plus en plus injonctifs, constate Michel Goujon, directeur du livre chez France Loisirs : “wiWOsez parler sexe avec votre partenaire”, “T’es toi quand tu parles” (Albin Michel), “Transformez votre vie”, “Rupture, petit guide de survie” (Marabout)... résonnent comme des slogans énergiques invitant le lecteur à se prendre en main ! ”

Dans un contexte général difficile, pas question en effet de se laisser aller : en nous expliquant que nous disposons tous d’un formidable potentiel nous permettant à chacun de réussir, qu’il s’agit d’exploiter nos ressources pour rebondir dans les situations difficiles et d’envisager les choses de façon positive pour voir la vie en rose, auteurs et éditeurs n’ont pas fini de s’enrichir. D’autant que le filon s’exploite dans tous les domaines de l’existence, selon les thèmes porteurs du moment.

La vie en rose, mode d’emploi

Après les émotions (qui se gèrent, on le sait désormais, comme le stress, les ruptures ou les personnalités difficiles !) ou l’estime de soi à la fin des années 90, on a vu déferler ces dernières années des dizaines d’ouvrages traitant de la résilience (merci Boris Cyrulnik !), des différences hommes-femmes (merci John Gray !) ou des oméga 3 (bravo David Servan-Schreiber !). Il suffit en effet d’un best-seller pour que tout le monde s’engouffre sur le sujet avec lequel le voisin s’est tricoté un joli bas de laine. Ainsi, “ Vivre heureux : psychologie du bonheur ”, du très médiatique Christophe André, a d’abord fait en 2003 le bonheur de son éditrice, Odile Jacob, avant de faire celui de quantité de maisons qui s’en frottent encore les mains. En clair : tous les titres portant le mot bonheur (“ la Thérapie du bonheur ”, “ l’Année du bonheur ”...) ont fait de très jolis cartons. Dans le même registre, “ la Vie en rose, mode d’emploi ”, de Dominique Glocheux (Albin Michel), s’est vendue depuis sa parution en 2000 à 300 000 exemplaires et a depuis fait l’objet chez le même éditeur de déclinaisons (“ la Vie en rose avec nos enfants ”, “ Maigrir et voir la vie en rose ” et “ la Vie en rose au boulot ”) également très rentables.

Dernier filon : la nutrition

Aujourd’hui, l’heure serait à la nutrition et aux médecines alternatives. “ Avec plus de 150 000 exemplaires vendus, “Savoir manger, le guide des aliments”, de Jean-Michel Cohen et Patrick Serog, a été numéro un du palmarès 2004 des meilleures ventes mieux-être, explique Christine Ferrand, directrice de la rédaction de “Livres hebdo”. Du coup, la nutrition - qui n’a rien à voir avec les régimes - a le vent en poupe : de très nombreux titres sortent chaque semaine sur ce thème. ” De la même manière, Michel Odoul (un des grands champions de l’écurie mieux-être chez Albin Michel) a ouvert les portes du succès aux ouvrages traitant de médecines alternatives. Sorti en 2002, son “ Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi ” (plus de 300 000 exemplaires vendus) a fait de nombreux émules : la médecine traditionnelle chinoise, l’aromathérapie ou les médecines africaines sont désormais considérées comme des thèmes porteurs dans l’édition.

“ L’exotisme est en effet de mise aujourd’hui dans le mieux-être, poursuit Michel Goujon chez France Loisirs. Comme en cuisine, on voit apparaître un goût pour tout ce qui vient d’ailleurs ! ”

Pour certains observateurs, “ Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse ”, de David Servan-Schreiber (près de 600 000 exemplaires vendus depuis sa sortie en 2003 !), s’inscrirait dans ce même courant des médecines alternatives. “ Il est psychiatre mais parle de médecines douces : il préconise le recours à l’acupuncture, aux oméga 3, invite à courir, marcher pour libérer des endorphines, propose de travailler ses mouvements oculaires... C’est ce qui a rassuré les gens ”, commente-t-on chez Robert Laffont. Soit, mais toute cette prose bien intentionnée, tous ces sujets se préoccupant de nos petits moi respectifs ne risquent-ils pas, à force, de nous lasser ?

“ Que nenni, répond Pascal Bruckner, auteur de “l’Euphorie perpétuelle” (Grasset, 2000), essai sur le culte du bonheur dans nos sociétés contemporaines. C’est un filon inépuisable qui se renouvelle avec chacun de nous, un mouvement qui nous dépasse tous. ” Et d’expliquer que le champ du pratique rapporté à soi, les livres de “ self help ” et de “ how to ” existent déjà depuis trente ans aux États-Unis, où le marché, comme en France, ne fait que croître sans manifester aucun signe d’essoufflement.

“ Le boom du développement personnel est lié à la montée de l’individualisme : le souci de soi l’emporte aujourd’hui sur tout. Les déceptions, les désillusions et le sentiment d’impuissance face au monde font que nous avons renoncé à le réformer. La seule chose qu’il nous reste, c’est de nous occuper de nous, de notre confort et de notre bonheur. ” Certes, mais que nous apportent véritablement ces livres qui, peu ou prou, nous disent tous la même chose ? Comment expliquer leur succès alors qu’une vie ne suffirait pas à mettre en pratique les mille et un conseils qu’ils nous délivrent ? “ Il n’y a plus dans nos sociétés modernes d’art de vivre collectif, de transmission de savoirs ou de valeurs entre générations, poursuit Bruckner. D’une certaine manière, ces ouvrages font office d’école de l’existence, d’école de l’harmonie. Mais on n’en attend pas vraiment de résultats : on les achète pour apaiser ses angoisses et l’on se rassure de voir qu’il existe pléthore de manuels et de méthodes. Cela montre qu’il y a des besoins autres que le sien et que l’on n’est donc pas seul dans la galère... ” En d’autres termes, psys, guides, coachs et autres vendeurs de mieux-être peuvent se réjouir, car “ le drame de l’homme, disait Sartre, c’est d’avoir à se boire jusqu’à plus soif ”. Dont acte.

Par Diane Wulwek, lefigaro.fr/madame

À lire : “ le Développement personnel ”, de Michel Lacroix, éd. Flammarion ; “ l’Euphorie perpétuelle ”, de Pascal Bruckner, éd. Grasset.