Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Mathieu Boogaerts

 
Jeune homme atypique dans l’univers de la chanson française, Mathieu Boogaerts cultive un répertoire tendre et minimaliste.
mardi 5 avril 2005.

Né en 1970 à Fontenay sous Bois en proche banlieue parisienne, Mathieu Boogaerts passe son enfance et son adolescence à Nogent-sur-Marne non loin de là. A 10 ans, il découvre son premier instrument, un orgue. Puis deux ans plus tard, le jeune garçon tâte de la batterie avant de monter son premier groupe à 13 ans. A 17, il rajoute la basse à son palmarès instrumental.

(JPEG)
Mathieu Boogaerts

A 18 ans, Mathieu quitte l’école qui ne l’intéresse pas, et commence à faire de la musique dans la cave de ses parents entre deux petits boulots. La tête encombrée de très peu d’influences musicales (Bob Marley, Dick Annegarn), Mathieu Boogaerts part en voyage à travers le monde, essentiellement en Afrique. Pendant un séjour d’environ 6 mois au Kenya, il écrit quelques titres et en particulier une chanson au rythme chaloupé et minimaliste, "Ondulé".

Supers débuts
De retour à Paris, il conçoit avec quelques amis, un clip très original autour de ce titre. Réalisé par Emilie Chédid (fille du chanteur Louis Chédid), le clip montre un Mathieu Boogaerts en train de se faire couper barbe et cheveux. Le son et le style très nouveaux de sa musique mise en scène dans ce clip permettent au jeune chanteur de décrocher un contrat avec le label Remark.

C’est donc début 1996 que sort un album au goût original, "Super". Beaucoup comparé au style épuré de Dominique A, le disque de Mathieu Boogaerts y ajoute un optimisme léger et tendre. Après de nombreux concerts en solo total avec sa guitare, Mathieu Boogaerts finit par s’adjoindre trois musiciens à la basse, aux claviers et pour la batterie, il engage Tony Allen, ex-musicien du Nigérian Fela.

Le 25 mai 1996, il monte sur la scène du Casino de Paris, puis à l’automne, sur la scène du Bataclan. Le titre "Ondulé" secoue le paysage musical des radios FM, et de nombreux festivals se disputent le chanteur. En septembre 96, Mathieu Boogaerts démarre une tournée de 40 dates à travers la France, la Belgique et la Suisse, avant de s’envoler pour le Japon, où sa musique séduit fortement le jeune public nippon.

Tournées des scènes
En juin 1997, il entreprend une tournée avec celui qu’il admire depuis toujours, le Néerlandais Dick Annegarn, français d’adoption. Chacun derrière sa guitare, ils partagent la scène et interviennent dans leur répertoire respectif.

En juillet 97, il est invité des Francofolies de la Rochelle, puis de celles de Spa en Belgique. Continuant sans interruption à composer des morceaux, le voilà près à sortir en 98 un nouvel album. "J’en ai marre d’être deux", tel est son titre, est enregistré aux studios Tambourine à Malmö en Suède avec la participation de l’ingénieur du son attitré du groupe Cardigans, Tore Johanson. "Comment tu t’appelles" est le premier simple extrait de cet opus. On reconnaît bien là le style intimiste, voire minimaliste de Boogaerts. Son univers naïf et presque enfantin donne finalement un disque plein de poésie et de légèreté musicale.

Dès la fin de l’été, il entame une longue tournée à travers la France avec un "détour" au Japon en novembre à l’occasion du festival de chanson francophone Halou. Début décembre, il est une des têtes d’affiche des Transmusicales de Rennes, puis après un passage parisien au Café de la Danse le 9 décembre, il retrouve la route jusqu’à la fin de l’année.

Sur le bord du sentier
Remercié par sa maison de disques, Mathieu Boogaerts disparaît de l’actualité jusqu’en 2002. En ce début d’année, il est invité du festival itinérant Les Jeux et donne une série de concerts dans la petite salle parisienne du Sentier Des Halles, histoire de rôder une nouvelle série de titres, chaleureusement accueillis par un public qui ne l’a pas oublié. Un nouvel album est enregistré au cours de l’été et paraît le 24 septembre sous le nom de "2000".

Appréciant un contact direct avec son public, le disciple de Dick Annegarn reprend la route sans attendre.

En octobre 2003, sort son premier DVD. Intitulé "Mathieu Boogaerts en concert solo", le disque comporte quatorze chansons enregistrées en live lors de sa tournée du même nom. Celle-ci s’achève le premier décembre 2003, après un dernier rendez-vous avec ses fans sur la scène du Trianon de Paris.

La fin d’année est fructueuse pour l’initiateur de la "vague bébête". Le 16 décembre, il est lauréat du prix variété 2003 décerné par la fondation Diane & Lucien Barrière pour son troisième album "2000".

Après un repos bien mérité, le chanteur retrouve le chemin des studios mi-septembre 2004. Ce quatrième opus est prévu pour mars 2005.

Source : rfi.fr