Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Ombre de la nuit

 
Ombre de la nuit
emporte les frissons de la vie
Le silence monacal de la lune
Qui s’étale en un croissant coquin
Hésitant sur quelle face
demain elle se montrera
samedi 9 avril 2005.

Un croissant de lune qui vient sur la brume
Narguer les esprits endormis
Debout, réveillez vous
Accrochez des guirlandes scintillantes
Mettez donc de la gaîté
Eclairez cette voie lactée
Où s’écoule en douce
Ce qui est secret

Des baisers onctueux
Des poussières d’étoiles
Des stars sans paillettes
Des chouettes coquettes
Et des allumettes

Dehors, petit à petit
Tout se calme
Le monde baille ou s’éveille
Le temps s’étiole langoureusement
Jusqu’à la nuit des temps
Enfin des tendres nuits
Détendre la nuit
Dérider les ennuis
Jeter des paillettes
Et rire aux éclats

Ou alors écouter le bruit des vagues
Le miaulement du chat qui a peur de l’eau
Du vent dans les saules
Et les sols qui résonnent sous nos pas
Entonnant une symphonie mi jazzy mi-nuit

Exquis délire de tendresse
Tes mots d’amour fleur de caresse
Aussi satiné qu’un lys blanc
Tourbillonnent et m’emprisonnent
Anémone, au gré du vent , je vole déja
vers toi tendrement.

© morjane