Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Prosper Mérimée

 
Prosper Mérimée est né à Paris, le 28 septembre 1803. On lui attribua une parenté secrète avec l’impératrice Eugénie ; il fut un des familiers de la cour impériale de Napoléon III et sénateur.
mercredi 2 mars 2005.

Prosper Mérimée écrivit des nouvelles et des traductions, collabora à la Revue des Deux Mondes, à la Revue de Paris, s’occupa d’archéologie. Son élection à l’Académie le 14 mars 1844 où il remplaça Charles Nodier, fut considérée comme un succès pour l’école romantique ; il fut reçu le 6 février 1845 par Charles-Guillaume Étienne. Il a laissé des romans et des nouvelles célèbres, Colomba, Carmen, La Chronique de Charles IX, le Théâtre de Clara Gazul et une correspondance curieuse sous le titre Lettres à une Inconnue ; c’est le roman de vingt années de sa vie ; son Inconnue, Jenny Dacquin, assistait à sa séance de réception, et, du bout de ses doigts gantés, Mérimée lui envoya un baiser discret.

(JPEG)
Prosper Mérimée

Prosper Mérimée reçut Ampère, et fut dans toutes les élections l’allié de Sainte-Beuve qui avait été élu le même jour que lui et dont il approuva le projet d’une Académie du suffrage universel. Il occupa, sous l’Empire, des fonctions aux ministères du Commerce, de la Marine, etc. Il fit partie de l’Académie des Inscriptions, et mena une campagne pour faire élire George Sand à l’Académie. Il est mort le 23 septembre 1870.

Hippolyte Taine (Etude sur Mérimée 1873) : "Mérimée avait des dons que même Stendhal, son maître ne possédait pas, tel celui de la mise en scène, du dialogue et du comique. Les romans de Mérimée sont courts, le plus long n’a qu’un demi-volume, et le plus court fait seize pages. Tous sont clairs, bien composés, rassemblent autour d’une action simple et d ’un effet unique."

Gustave Planche (La revue des deux Mondes, 15/09/1854) : "Mérimée, par la sobriété de son style, par le relief qu’il a su donner à tous ses personnages, par la vie qui anime tous ses récits, occupe une place à part dans notre temps."

Victor Hugo : "Le paysage était plat comme Mérimée"

Gourmont : "...il avait peu de style"

Lui-même : "Mon défaut à moi a toujours été la sécheresse, je faisais des squelettes..."

Citations :

Les historiens arrivent à tirer plusieurs volumes d’un personnage dont on ne sait pas grand-chose. C’est une manière de contempler l’univers dans une bulle de savon.

Tout gros mensonge a besoin d’un détail bien circonstancié, moyennant quoi il passe.

Oeuvres :

1825 Théâtre de Clara Gazul, comédienne espagnole
1827 La Guzla, ou choix de poésies illyriques
1828 La Jacquerie, scènes féodales, suivie de la famille de Carvajal
1829 Chronique du règne de Charles IX
1833 La double méprise. La Mosaïque
1835 Notes d’un voyage dans le midi de la France
1836 Notes d’un voyage dans l’Ouest de la France
1838 Notes d’un voyage en Auvergne
1841 Colomba et nouvelles diverses
1841 Notes d’un voyage en Corse
1841 Essai sur la guerre sociale
1844 Études sur l’histoire romaine, 2 vol. Peintures de l’église Saint-Savin (Vienne)

1847 Carmen 1848 Histoire de don Pedro 1er, roi de - Castille
1850 Henry Beyle (Stendhal)
1853 Les faux Démétrius, épisode de l’histoire de Russie
1854 Les deux héritages, comédie, suivie de scènes historiques
1855 Mélanges historiques et littéraires. Marino Vreto, contes de la Grèce moderne
1865 Les Cosaques d’autrefois
1873 Dernières nouvelles. Lettres à une inconnue, 2 vol.

Source : jack.sigurson.online.fr