Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Le Fou de Khalil Gibran

 
dimanche 30 novembre 2003.

Les trois fourmis,

Trois fourmis se rencontèrent sur le nez d’un homme qui dormait couché au soleil. Et quand elles se saluèrent l’une l’autre, chacune selon la coutume de la tribu, elles se mirent à converser.

La première fourmi dit " Je n’ai jamais vu de plaines et de collines aussi arides que celles-ci. un jour durant je fus à la recherche d’un grain quelconque, mais en vain."

La seconde fourmi dit " Moi non plus je ne trouvai rien, bien que j’aie fouillé tous les coins et clairières. C’est là, je pense que mes compatriotes appellent le pays tendre et mobile où rien ne pousse."

La troisième fourmi leva alors la tête et dit " Mes amies ; nous voici debout sur le nez de la Fourmi géante, la Fourmi puissante et illimitée, dont le corps est si grand que nous ne pouvons le voir, dont l’ombre est si étendue que nous ne pouvons la délimiter et dont la voix est si haute qu’il nous est impossible de l’entendre. Elle est omniprésente"

quand la troisième fourmi parla ainsi, les autres se regardèrent en riant.

A ce moment, l’homme se retourna ; il dormait encore quand il leva la main ; se gratta le nez et écrasa les trois fourmis.

Le Bon Dieu et le Mauvais Dieu

Le Bon Dieu et le Mauvais dieu se rencontrèrent sur le sommet d’une montagne.

Le bon dieu dit " Bonjour à toi mon frère !"
Le mauvais dieu ne répondit pas
Et le Bon dieu dit :" Tu es de mauvaise humeur aujourd’hui."
Oui, répondit le Mauvais Dieu, car j’ai souvent été confondu avec toi, appelé par ton nom et traité comme si j’étais Toi et cela me déplait"
Et le Bon Dieu dit " Mais, moi aussi, j’ai été confondu avec toi et appelé par ton nom."

Le Mauvais dieu s’en alla en maudissant la stupidité de l’homme.

Le Nouveau Plaisir :

La nuit dernière j’inventais un nouveau plaisir, et comme je m’en délectais pour la première fois, un ange et un démon surgirent devant ma porte et se mirent à se disputer au sujet de mon nouveau plaisir.

L’un criait "C’est un péché" L’autre : "C’est une vertu"