Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Le vent m’emporte

 
Le vent m’emporte et s’ouvre un nouveau paysage
Des vallons bleus et des cris de joie entonnent chacun de mes pas
Une vallée bien encaissée par les montagnes protégées
Des champs de fleurs perlent mon cœur
Ourlent mes yeux quand tu me veux
vendredi 14 janvier 2005.

L’espace du temps devient violent si pénétrant
De nos désirs si plein de vie
Juste du bonheur des cœurs en fleurs
Juste de l’amour à parsemer
Collines en cœur, sourire aux lèvres
Mots tendres murmurés en une corolle de baisers

Et un ciel sans nuage azur tes yeux
Un heureux présage qui s’ouvre sur ton visage
Si fier et juste tu es mon ange
Comme un diamant qui rayonne éternellement
Tes mots d’acier aiment réchauffer
Mon cœur d’enfant qui s’emporte si souvent
Et en plein vol tu sais atteindre
Avec noblesse ce qui me blesse

Il y a tant de bonheur
A penser à toi
Il y a tant de folie qui se glisse aussi
Des mots doux cachés pour mieux attraper
La douceur de t’aimer
Des pétales de roses jonchent mon cœur
Corolles d’amour la nuit le jour

Ce paysage est mon rivage
Fait de paix et de volupté
Aucun nuage ne vient troubler
Le ciel azur de nos baisers

Ce qui me trouble est ce bonheur
Cet air serein qui coule en moi
Quand je sens l’ombre de tes caresses qui luit
Quand le vent rit de me voir si loin
Et qu’il me caresse lentement
Et que le temps s’étire langoureusement

Tu sais me donner tant de bonheur
Que je rougis de tant d’honneur
Tu es si présent à chaque instant
Que même lorsque je dors, moi je t’adore

© morjane