Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Aimer sans compter le chemin

 
lundi 17 mars 2003.

Aimer sans compter le chemin
qu’il me reste à Parcourir
les chemins de traverse
Voir plus loin si la route est déserte
Et cherchez un ailleurs trop ailleurs

Philosophe a la vie dure
J’aime mieux chercher dans mon âme
Ce qui est caché
La vie m’apporte sur un plateau d’argent
Tout ce qui y est enfouis

Aimant trop explorer et rêver sans compter
J’aime oublié ce qui fait mal au-dedans
Je le laisse s’essouffler
et moi reprendre des forces
Et après on se retrouve
comme de vieux amants

La vie est vivante
dans nos cœurs dans nos chairs
Les foudres de guerres s’excitent a la faire
Semer du bon grain plutôt que de l’ivraie
Me plait.

Regarder un soupir d’enfant
une larme poindre au coin d’un regard
Soulever le couvercle de la peine
Je préfère cela à attiser la haine de rats excités
Qui ne prennent leur pied
Qu’en essayant de détruire
ceux qui osent les braver !

Je frissonne autrement

Qu’y a-t-il de plus doux
qu’une caresse du bout des doigts
légère comme une plume
Qu’y a-t-il de plus beau
Que ses lèvres de velours sur ma peau ?
qu’un regard de mon amant si confiant et heureux ?
La douceur de ses yeux a nulle autre pareil
Qui étincelle et qui brûle mon âme
bien mieux qu’un lance flamme ?

Avoir mal ne sert pas à grand-chose
Souffrir est si beau qu’il ne faut pas gâcher ça
pour qui mérite qu’oubli et mépris,

C’est un don merveilleux
que de voir l’invisible
être là même absente,j’adore ça !

morjane