Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

J’ai voulu t’écrire ma peine

 
vendredi 3 décembre 2004.

J’ai voulu t’écrire ma peine
Et elle s’est envolée
Elle était belle pourtant,
pleine de désarroi
De je ne sais pas quoi de tragique
Une peine immense qui vient comme ça
Et qui enserre dans ses bras
Tout ce qu’enferme un cœur usé
Par tous ces cris et ses oublis
Tout ce silence qui vient en moi
Mais voila en pensant a toi
Ma peine a disparu

J’ai voulu écrire ma colère
De voir le monde vivre de lumière
Factice aux teints blafards
Et qui éclairent les idées noires
D’un obscur et étrange discours
Où la folie rime avec vie
Ou l’envie et le mépris de la vie
Tournent en boucle
A perdre haleine
Jusqu’à ce que l’on tombe
L’esprit usé et lessivé
Esprit perdu vous m’avez bien vus ?
Des mots poubelles qui ne sont pas beaux
Des mots pour la plus belle des folies du monde
La haine de l’autre, celui qui est différent
Et puis voila
Le train du pardon était passé et avait tout
Balayé d’un éclat de rire
Avec éclat
Ça ne marchera pas

J’ai voulus décrocher la lune
Et puis en tendant les bras
Je me suis trouvée nez à nez avec le soleil
Qui se moquait de moi
Il m’a dit " Ma cocotte réveille toi
Le jour s’est levé
Tu ne croyais pas quand même
Que la lune allait rester
Pendant que toi tu rêvassais ?"

Alors le cœur léger et plein de rire
Je suis parti pour une bataille
Un monde de paix et non d’épée
Un monde de vie tout plein d’envie
D’aller chercher au fond des cœurs
Ce qui est caché et plein de secret
L’amour des autres et de la vie
Et de la pluie et des soucis
La vie dans toute son immensité
Un jour de pluie un jour de grêle
Et peu importe puisqu’on aime

morjane