Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Allongé dans le jardin

 
dimanche 20 juin 2004.

Allongé dans le jardin
Flottait l’embrun de notre amour
Une onde, lointain naufrage
Murmurait au cîme du vent
"Je t’appartiens"

Instant où tout s’est arrêté
Voile le rêve du tourbillon
Nuage d’or au firmament
J’embrasse tes yeux délicatement
Douces courbes de tes cils
Ondines mes lèvres rouge cerise
Nuages emplis de tes doux mots
Puis ils s’envolent en virevoltant
Ombre diffuse de mon bonheur
Pare nos corps de sa lueur
Le vent du désir se pose en nous

Lointaines plaines, iris en cage
Soleil couchant ombre doucement
Ton regard si doux si profond
Que l’océan m’emporte majestueusement
Ombre de la lune vient caresser
Nos corps empreint de nos désirs
Frissons certains, ailes qui inspirent
Ta douce main « viens, je t’appartiens »

Douce clarté juste éclairée
Par nos regards couleur de braise
Une douce brise souffle à présent
Mélangeant intimement
L’air emplit d’oranger
Et de cannelle que nos baisers
Vont apprivoiser.
Sous le manteau des étoiles.

© morjane