Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Il est haut comme trois pommes

 
lundi 19 mai 2008.

Il est haut comme trois pommes
C’est la guerre
Il n’est qu’un enfant
Et pourtant
Il l’entend
Il la cherche
Il l’appelle

On lui a dit qu’elle est morte
On lui a dit tant de choses
Il n’y croit pas

Une maman n’abandonne pas son enfant

Plus personne ne s’intéresse à lui
Tout seul il erre dans la rue
Le vent emporte ses larmes

Il erre dans cette ville qui vole en éclat
Il court vers celle qui lui tendra les bras
Où ?
Il ne sait pas

Il erre seul dans le froid
Il n’est qu’un enfant
Son cœur n’écoute que sa voix
Il sait qu’elle est là

Il se souvient qu’elle lui parlait tout bas
Jamais il ne ressentait de froid
Doucement elle lui caressait la joue
Tendrement il se blottissait dans ses bras
Et s’endormait
Bien au chaud

Et puis une nuit
Il a entendu du bruit
Des cris des larmes, des armes
Des pas qui s’enfuyait là bas

Soudain la lune a déserté la maison
Il flottait un air de désolation
La lune ne montrait plus ses croissants
Tout devint si terne et si glacial

Alors dans cette ville en ruine
Et du haut de ses trois pommes,
Il sait qu’il la retrouvera.

@morjane