Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

L’indifférence

 
lundi 3 février 2003.

J’aimerai être différente
froide indifférente
Glacé comme du marbre
indifférente aux bruits aux cris
Et au silence
J’aimerai être de glace
que rien ne pénètre
Et que tout passe
Être immobile sans pensée
sans sentiments
L’indifférence

Et je n’y arrive pas
Je voudrai tant
tout Oublier
qui je suis d’où je viens
Mes larmes et mes cris
Mes soupirs
Les trahisons
Les soupçons les ragots
je ne suis que sentiment
une feuille qui meurt
Et je suis meurtris
Un homme qui pleure
Et je suis douleur
Je peux pas être en colère
Je peux pas jeter des pierres
aux paroles insultantes
Qui m’ont tant blessées
Je ne suis que sentiment
Et pourtant
Je déteste cela parfois

L’indifférence est partout
Pourquoi pas chez moi ?
Je suis fatiguée de souffrir
Je suis lasse d’avoir mal
alors qu’il suffis d’être de glace
Réduire mon cœur à néant
Penser à moi et pas aux autres
Fermer une à une les portes de mon cœur
Me mettre en deuil de mon cœur
Être froide comme un cadavre
Et ne penser à rien

Je voulais fermer tout ça
Respirer loin d’ici
Oublier
J’y arrives pas
Je me déteste pour cela
J’en ai assez de pleurer
Je me déteste d’être comme ça.
Je ne suis que souffrance
cela n’a aucun sens
Je ne demande que la Paix
La sérénité.
Alors que je ne suis qu’une plaie
Béante ouverte sur le néant
L’obscurité.

Je me fiche de tout ces commentaires
de ceux qui croyait tout savoir
des donneurs de leçons
qui cherchent pas à comprendre
Plus loin que le bout de leur nez.
Juger est toujours aisé,
tout le monde peut le faire
Mais a quoi bon remuer la boue
Pour s’y enliser ?

La vérité est en nous
Pas chez le voisin.
Je ne sais pas trahir
Et je me déteste aussi pour ça.

© morjane