Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Une perle de corail s’est enfuit dans la nuit

 
jeudi 4 mars 2004.
(JPEG)
pour mon ange

Une perle de corail s’est enfuit dans la nuit
En perdrix s’est sauvé pour mieux s’envoler
S’approchant trop près du soleil
Elle s’est brûlée les ailes

Emportés par les nuages de passage
Elle s’est laissée choir au hasard
Une pluie salvatrice la lava
Un souffle du vent caressant la sécha
Légère comme une plume elle reprit son chemin
Vers ses rives lointaines, ses souvenirs d’antan

Elle vola le jour et la nuit sans répit
Emportant avec elle ses chagrins
Volant sans crainte et sans peur du lendemain
Mine de rien elle perdit ses bagages
Et son chagrin devint mirage

Le bonheur était devenu paysage
Les monts et prairies montagnes et vallées
Devenaient un kaléidoscope
Sous elle,
Respirant le vent de liberté
Embaumant le bonheur d’être libéré
De ses murs invisibles
Que le temps a tissé la cachant
De ses rêves d’avant

Et puis un beau jour
Une effluve Surgit
Embaumant son esprit
Eveillant tous ses sens
Ses souvenirs d’avant
Où elle était Princesse
Heureuse et amoureuse
De son doux chevalier
Son ange, son Prince de diamant

Et revint en mémoire la perte de sa vie
Et sa transformation aussi
En perle de corail emmuré
Si loin de lui

Me voici mon doux cœur
Mon ange ma douleur
Je me suis libéré
Près de toi me voici

Et qu’importe le temps
Qui nous a séparé
Nos nuits faites de douleurs
Et de pleurs aussi
Je reviens près de toi
Je revis

Tout sera mieux qu’avant
Car je n’aurais jamais peur
Tu es là tu es ma vie
Nos deux cœurs sont liés
Ainsi pour l’éternité

morjane