Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Un monde de paix

 
vendredi 23 avril 2004.

Un monde de Paix
Sans larmes d’épées
De gouttes de sang
De meurtres et de larmes
Un Eden de tranquille idée
Où les gens de passage
S’installeraient prendre le frais

Où l’air que l’on respirerait
Serait synonyme de Liberté
Où la terre d’argile aurait la forme tranquille du respect
La vie serait si fragile
Que l’on n’oserait la bousculer
On la laisserait tranquille de peur de la briser

On aimerait respirer le vent de sincérité
On irait voyager au fond de nos pensées
Et on planterait des arbres à péchés
Et un jour par an ce serait totale liberté
Juste pouvoir y goûter pour connaître
Si l’envie nous prenaient
Et non plus désirer
Ce qui semble hors de portée

Bien sur les jours de colère
Où on n’a pas envie de plaire
Et bien on resterait tempête
Mais la tête sur les épaules
Et les éclairs dans les cieux
On puiserait en nous même
Ce qui est si bien caché
On partagerait sans compter
Ce que la terre a bien voulu nous accorder

A quoi sert de tricher
Si l’on reste perdant
A quoi bon injurier
si ce n’est que pour se soulager
d’un trouble suposé

On s’accepte comme on est
Et puis les fleurs de péchés
Viennent prêter main forte
Les jours d’hostilité

On essaye chaque jour qui passe
Une tenue et on se glisse dedans
De se savoir puissant mais solitaire
Solitaire et ignorant
Ce n’est guère encourageant
On changerait d’humeur comme de chemises
On adopterait la couleur du bonheur

On ferait des batailles
Qui s’éteindrait comme un feu de paille
Sans cendre ni promesse
Juste une douce chaleur
Qui nous sort de la torpeur

Le Monde serait assez grand
Pour tout ceux qui veulent croquer dedans
On aurait tant de choses à découvrir
Que le temps passerait bien trop vite
Pour se chercher querelle

On ferait des concours
Des projets les plus fous
On bâtirait des empires
Pour le plaisir de voir grand

Et on aurait tant de plaisir
A retrouver son diamant
Celui qui là bas nous attend
De l’autre coté du miroir

Circulez il n’y a rien à voir
Que des gens sans histoires

© morjane