Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Les poètes ont disparu

 
samedi 2 août 2003.

Les poètes ont disparu
dans la rue j’ai beau cherché
a gauche à droite bien regardé
que de visages froid et fermés
que de visages de terreur

oui ne reste que la peur
la vengeance ou bien la haine

Mon Dieu !faut il qu’il y ait de la peine
plus de doux mots et gentils
juste des larmes des cris ?
pas question que je dise oui
je préfère mon monde bleu
j’aime bien mieux rêver

tant pis des fois je me fais dévorer
je saurais me rendre amère
et acide toute en colère
et puis je préfère rire
que pousser des délires
et tant pis si ça déplait

je préfère toujours aimer

les poètes ne meurrent jamais
Ils parfument la cité
ils embellissent la laideur
ils sont là même quand j’ai peur

Les anges sont là toujours
prêts a leur donner l’amour
prêt a toujours leurs rappeler
qu’il ne faut jamais courbé

rester fière et sincère
tant pis pour ceux qu’ont pas de coeur
On saura les oublier

Dans ce monde sans pitié
Il faut juste savoir aimer
Et le reste tout oublier

Enfin juste mettre de coté
Et puis pas se géner
de penser à semer
des fleurs d’amours bien parfumés.

© morjane