Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Le goût de l’éphémère

 
Le goût de l’éphémère
Instant fugitif qui permet
De toucher l’autre rive
Un instant d’éternité
Qui ne va plus me quitter
lundi 7 juin 2004.

Oserais je un jour oublier
Ce qui fut la terre ?
Ses grands chênes ses oliviers
Sous lesquels tu m’as enlacés ?

Oserais je un instant ne plus songer
Que ma vie était le néant
Que mes ailes étaient emprisonnées
Tétanisées et brisées ?

Penserais je aux océans
Où mes larmes ruisselaient sans cesse ?
J’entends toujours ce bruit assourdissant
Du corail que l’on arrache

Et puis passe l’instant
Et s’efface peu à peu les tourments
Les vagues qui s’acharnent à présent
Restent brisé sans effet.

Instant éphémère qui fige l’éternité
En un espoir
Un regret de ce temps gâché
Sans te voir

La douceur de t’aimer
S’est niché en moi à jamais
Ta tendresse est si belle
Que rien ne pourra l’effacer

© morjane