Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Le Procès de Bobigny : Mon corps m’appartient

 
Le Procès de Bobigny, téléfilm de François Luciani diffusé par France 2 revient sur le droit à l’appartenance de son corps pour les femmes et d’en disposer librement. C’est aussi la force et le courage de femmes, d’hommes qui se sont opposés à une Loi qu’ils estimaient injuste et inhumaine.
dimanche 2 avril 2006.

Anouk Grinberg dans le procès de Bobigny. (JPEG)

En 1972, à Bobigny, Martine (Sandrine Bonnaire), une modeste employée de la RATP aide sa fille Léa à interrompre sa grossesse à la suite d’un viol. Dénoncées, elles sont inculpées et arrêtées. Martine s’adresse à la seule avocate dont elle connaisse le nom, Gisèle Halimi(Anouck Grinberg). Celle-ci lui propose de revendiquer son acte lors du procès, en déclarant que ce n’est pas elle, Martine, qui est responsable, mais la loi. Gisèle Halimi transforme alors en événement national et un grand mouvement d’opinion publique mène à un non-lieu pour Léa. Le procès de Martine commence, pendant qu’à l’extérieur du tribunal, les manifestants pro et anti-avortement s’affrontent. Face à l’impressionnante plaidoirie de Gisèle Halimi, revendiquant le droit fondamental de choisir pour les femmes, le procureur requiert la peine maximale pour Martine...

Gisèle Halimi va donc oser mettre la loi en accusation pour affirmer cette liberté essentielle : « Mon corps m’appartient. » L’événement provoque dans l’opinion publique un immense débat, passionnel et violent, et finit par entrer au parlement. Le mouvement d’émancipation des femmes est en marche. Deux ans plus tard, en 1974, la loi légalisant l’avortement est votée et la loi Veil est promulguée en 1975 autorisant ainsi l’avortement sous certaines conditions. Cette loi a ainsi permis de mettre fin à bon nombre d’avortements pratiqués clandestinement.

Le procès de Bobigny par François Luciani lundi 03 Avril sur France 2.

Juliette, poesie-amour.com