Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

El Aura, les moments suspendus

 
Dans El Aura, il est taxidermiste, épileptique, cambrioleur imaginaire et se retrouve imbriqué dans le casse du siècle.
mercredi 29 mars 2006.

El Aura, les moments suspendus de Fabián Bielinsky.  (JPEG)

El Aura est un thriller argentin réalisé par Fabián Bielinsky qui porte ce film depuis 1984 alors qu’il n’était qu’assistant réalisateur. "Je l’envisageais alors comme un film policier, un thriller, explique t’il. Il y avait un héros, une trame classique, des enjeux moraux, l’idée de rédemption et de sacrifice, et tous les passages obligés du genre."

En devenant réalisateur deux décennies plus tard, sa vision s’est modifié "Le héros a perdu son côté caricatural au point de n’être qu’un homme, explique-t-il, la structure morale s’est densifiée, faisant intervenir des notions plus humaines, plus universelles, et il n’est plus question de sacrifice ou de rédemption. L’enjeu, c’est de comprendre, de survivre, de communiquer avec les autres et avec soi-même. La densité y a gagné ce que l’idéalisme y a perdu."

El Aura retrace l’histoire d’un homme dont on sait peu de choses. Il est taxidermiste, honnête et simple et épileptique. Pourtant, cet homme ne peut s’empêcher d’imaginer des vols aussi parfaits que spectaculaires. Chaque événement de la vie courante est pour lui l’occasion de concevoir des opérations si ingénieuses qu’elles seraient forcément couronnées de succès. Un concours de circonstances va lui donner l’opportunité de vivre ce qu’il n’avait fait que rêver. Par hasard, il se retrouve au coeur d’un coup magnifique, une chance unique : le plus grand transfert de fonds d’un casino. Notre homme plonge dans une réalité qu’il n’imaginait pas, dans un vol où il devra tout comprendre sans rien maîtriser... Tout ce qu’il croyait savoir vole en éclats. Il découvre ses limites, l’importance du facteur humain, sans jamais savoir s’il restera conscient assez longtemps pour agir au bon moment...

El Aura a été présenté aux festivals de San Sebastian en 2005 et celui de Sundance en 2006.

Sophie, poesie-amour.com