Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

De battre mon coeur s’est arrêté remporte huit César

 
"De battre mon coeur s’est arrêté" de Jacques Audiard était nominé dans dix des dix-neuf catégories de César et a remporté huit César.
dimanche 26 février 2006.
 
Grand vainqueur de la cérémonie, le réalisateur Jacques Audiard avec huit Césars pour De battre mon coeur s’est arrêté. - 2.7 ko
Grand vainqueur de la cérémonie, le réalisateur Jacques Audiard avec huit Césars pour De battre mon coeur s’est arrêté.

Grand favori de la soirée avec dix nominations, "De battre mon coeur s’est arrêté" a remporté les César suivants : film, réalisateur, musique (Alexandre Desplat), second rôle masculin (Niels Arestrup), espoir féminin (Linh-Dan Pham), adaptation, photo et montage.

"Il est pour toi Romain, sans toi il n’y a pas ça", a déclaré Jacques Audiard en dédiant son César à son acteur principal, Romain Duris, qui incarne un marchand de biens véreux qui voit sa vie changer grâce au piano dans ce film qui a rassemblé plus d’un million de spectateurs en France.

Le César du meilleur acteur a toutefois échappé au jeune acteur au profit de Michel Bouquet, interprète troublant de François Mitterrand dans "Le promeneur du Champ de Mars". L’acteur de 80 ans, en tournée en province avec "Le roi se meurt" de Ionesco, était absent de la soirée.

Nathalie Baye a quant à elle reçu le César de la meilleure actrice pour son rôle d’officier de police dans "Le petit lieutenant", 23 ans après un premier César pour une autre histoire de flics, "La balance". "Je dédie ce César aux actrices qui ne jouent plus, à celles qui attendent un coup de fil, qui n’y arrivent plus", a déclaré la comédienne de 53 ans.

La soirée, présentée par une Valérie Lemercier faisant feu de tout bois — elle interpelle le public par un sonore "Bonsoir mes châtons !" — a été placée sous le sceau de l’humour, avec notamment une prestation réussie de l’imitateur Nicolas Canteloup, qui a parodié tout à tour Dominique de Villepin, Philippe Douste-Blazy, ou encore le cinéaste italien Roberto Benigni.

Tout de noir vêtue, Valérie Lemercier a joué un pas de deux avec la hiératique présidente de la soirée, Carole Bouquet, qui a ouvert la cérémonie en déclamant du Shakespeare.

Parmi les invités à la cérémonie figuraient entre autres l’acteur britannique Hugh Grant et Pierre Richard, qui dont tous deux reçu un César d’honneur, mais aussi Judith Godrèche, Antoine de Caunes, Kristin Scott-Thomas, Chiara Mastroianni, Clovis Cornillac et Benoît Poelvoorde.

Le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, quelque peu malmené par l’intervention des intermittents du spectacle, a malgré tout salué cette "fête du cinéma" et fait allusion à la tragédie du jeune Ilan Halimi.

"En cette période de haine, je souhaite que chacun tende la main à l’autre, quels que soient sa religion, sa couleur de peau ou son origine", a-t-il affirmé.

Laurence, poesie-amour.com